Dossiers / Enjeux / La formation professionnelle et technique

Nouvelle profession en pharmacie

2021-01-22


Thérèse Lafleur
Rédactrice

Un tout nouveau programme,Techniques de pharmacie, sera offert par dix cégeps dès 2021-2022, et ce, à la grandeur du Québec. Ainsi, 160 futurs techniciennes et techniciens pourront étudier chaque année dans cette nouvelle spécialisation offerte à l’enseignement supérieur. En créant ce diplôme d’études collégiales (DEC), le ministère de l’Enseignement supérieur arrime l’offre de formation avec les besoins pressants d’assistance technique spécialisée en pharmacie.

Pour l’Ordre des pharmaciens du Québec (OPQ), l’annonce faite par la ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, consacre le 16 octobre 2020 comme une date qui apparaîtra dans les annales d’histoire de la pharmacie québécoise.

 

 

 

 

Bertrand Bolduc, président de L’OPQ

Lors de l’annonce, Bertrand Bolduc, le président de l’Ordre, rappelait que : « La pharmacie a vécu une véritable révolution au cours des dernières années. Depuis la création du programme menant au diplôme d’études professionnelles il y a plus de 30 ans, le rôle des pharmaciens s’est transformé. Les pharmaciens sont aujourd’hui les coachs du médicament : ils contribuent à choisir les meilleurs traitements et à vérifier l’atteinte des cibles thérapeutiques. Pour accomplir ce travail, ils doivent pouvoir déléguer plus de tâches techniques à du personnel formé. C’est l’objectif recherché par ce programme. »

Ce nouveau domaine d’études collégiales couvre l’ensemble du travail technique, clinique et administratif relié au circuit du médicament, notamment le fonctionnement administratif d’une pharmacie, les inventaires, les systèmes d’information, le contrôle de la qualité, la gestion des ressources humaines, la préparation des médicaments et la collaboration aux soins prodigués par le pharmacien.

Dix cégeps en action

Quatorze cégeps ont répondu à l’appel de propositions lancé en avril dernier par le MEES. Trois groupes de régions étaient ciblés pour accorder les autorisations soit deux autorisations pour Québec et Chaudière-Appalaches, trois autorisations pour Montréal, Laval, Lanaudière, Laurentides et Montérégie et cinq autorisations pour les autres régions. Dix cégeps ont ainsi été retenus pour dispenser Techniques de pharmacie, un programme qui s’arrime à leurs autres formations en santé. 

-  Cégep Sorel-Tracy
Cégep Gérald-Godin (Montréal)
Cégep de Thetford (Thetford Mines)
- Cégep de Baie-Comeau
- Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue (Rouyn-Noranda)
- Cégep de Rivière-du-Loup
- Cégep de Drummondville
- Cégep Limoilou (Québec)
- Collège d’Alma
- Collège de Rosemont (Montréal)

Une allocation financière est accordée à chacun des cégeps pour leur permettre d’acquérir les équipements nécessaires à l’enseignement du programme.

Ce déploiement aux quatre coins du Québec s’inscrit tout à fait dans le rôle des cégeps comme pôles incontournables de la vie sociale, culturelle et économique de leurs régions. 

DEC ou RAC

Pour être admis au DEC de trois ans Techniques de pharmacie, les futurs étudiants devront remplir les conditions générales et avoir réussi les préalables du secondaire : Science et technologie de l’environnement (STE4) ou Science et environnement (SE4).

Dans certains établissements, il est aussi possible de recourir à la Reconnaissance des acquis et des compétences (RAC). Une démarche et un mode d’évaluation adaptés à la réalité de travailleur. En effet, une personne avec de l’expérience technique peut se voir reconnaître cette expérience et obtenir le DEC Techniques de pharmacie.

Optimiser l’équipe de services pharmaceutiques

Comme l’évoque le dossier de L’interaction, le magazine officiel de l’Ordre des pharmaciens du Québec (OPQ), la création d’une formation de niveau collégial fait l’unanimité depuis longtemps.

Maintenant que le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) et celui de l’Enseignement supérieur ont donné leur aval, dix cégeps formeront des techniciennes et des techniciens en pharmacie. Ces techniciens spécialisés seront en mesure de compléter efficacement l’équipe formée de pharmaciens et du personnel de soutien technique en pharmacie issu de la formation professionnelle. Une équipe qui travaillera en complémentarité pour offrir des soins et des services sécuritaires et de qualité.

Le MEES a réalisé de 2014 à 2016 une étude dont les conclusions confirment que le niveau attendu de compétences initiales est supérieur aux compétences acquises dans le cadre de la formation professionnelle. De plus, les besoins de cette main-d’œuvre se font sentir tant dans les établissements publics que dans le réseau privé comptant près de 2000 pharmacies communautaires au Québec.

Il faut savoir que le monde de la pharmacie a connu une évolution fulgurante. La population vieillit, les établissements de santé et les pharmacies voient leur nombre de patients augmenter. Les traitements se complexifient et nécessitent des suivis accrus. Avant tout, le pharmacien est devenu à la fois le guide et le surveillant de la thérapie médicamenteuse.

De plus, cette formation collégiale qui voit le jour est susceptible d’orienter davantage de personnes à faire carrière dans ce domaine. Ainsi, les pharmaciens consacreront leur plein potentiel aux activités clinique et pourront déléguer plus de tâches au personnel technique.

Un déploiement en accéléré

En officialisant ce nouveau parcours collégial en pharmacie, le 16 octobre 2020, la ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, mentionnait que cette annonce : « est une excellente nouvelle pour plusieurs établissements d’enseignement supérieur, car ils bénéficieront du temps nécessaire à l’implantation du nouveau programme d’études collégiales Techniques de pharmacie, en vue d’accueillir les prochains étudiants dès la rentrée automnale de 2021. Je les remercie à l’avance de leur contribution à la réussite de la mise en place de ce programme qui permettra de soutenir le réseau de la santé. »

Des diplômés attendus

Selon le président de l’OPQ, Bernard Bolduc : « Les premiers diplômés des dix cégeps du Québec seront attendus avec impatience en 2024. Les techniciens seront présents tant dans les établissements de santé que dans les pharmacies communautaires et, à l’instar des assistants techniques déjà en poste, ils joueront un rôle de premier plan afin de contribuer à offrir des soins de qualité aux Québécois. »

Les dix cégeps qui offrent Techniques de pharmacie doivent maintenant relever le défi d’implanter ce nouveau programme d’ici la rentrée 2021. Déjà, ils veillent à susciter l’intérêt d'étudiants potentiels pour que plusieurs s’orientent vers cette carrière dont les plus grands bénéficiaires seront les patients.



Les partenaires du Portail