Dossiers / Histoire / Histoire des établissements

Marianopolis: engagé dans l’excellence et l’accessibilité sous toutes ses formes

2018-02-14



 

Entretien avec monsieur Éric Lozowy, directeur des études, Collège Marianopolis

Éric Lozowy assume le rôle de directeur des études depuis juillet 2017. Titulaire d’une maîtrise en études russes et slaves de l’Université McGill et d’un doctorat en littérature comparée de l’Université de Montréal, M. Lozowy fut enseignant au Collège Vanier au sein des départements de français et de langues modernes, et successivement coordonnateur du département de français et coordonnateur de la  majeure en études slaves. En 2011, il se joint à l’équipe de la direction des études, à titre de directeur adjoint à la Faculté des sciences et de la formation générale, et, en 2016, il devient directeur adjoint de la formation générale, des services pédagogiques et du carrefour de l’apprentissage.

Les racines du collège
Le Collège Marianopolis a été fondé en 1969 à titre de collège privé subventionné anglophone. Il a existé auparavant comme collège classique pour les filles. Établi en 1908 par la Congrégation de Notre-Dame, Marianopolis fut la première institution d’enseignement supérieur accessible aux femmes au Québec offrant un baccalauréat, en affiliation d’abord avec l’Université Laval et ensuite avec l’Université de Montréal. Appelé initialement « École d’Enseignement supérieur » (secteur français) et « Notre Dame Ladies College » (secteur anglais), il est renommé Collège Marguerite-Bourgeoys en 1926. Vers la fin de la Deuxième Guerre mondiale, le secteur anglophone devient indépendant et prend le nom de Marianopolis College. Le curriculum y est alors orienté vers des études préparatoires aux universités de langue anglaise par l’entremise de programmes en Science et en Arts.

Le collège a connu cinq relocalisations au fil du temps. En 2007, il s’installe dans l’établissement actuel sur l’avenue Westmount, autrefois le Collège Marguerite-Bourgeoys. La Congrégation de Notre-Dame a toujours été étroitement liée au développement du collège, « Marianopolis » signifiant : la cité de Marie. Les valeurs de la Congrégation et de celle de sa fondatrice, Marguerite Bourgeoys, orientées sur l’accessibilité à l’éducation, sont au cœur de la mission de l’établissement.

La mission de Marianopolis
Ce qui singularise la mission et la vision de Marianopolis, selon Éric Lozowy, c’est l’engagement de l’établissement envers l’excellence scolaire. « 98 % des finissants continuent à l’université. C’est vraiment notre rôle de préparer les étudiants et les étudiantes pour les études universitaires. Neuf étudiants sur dix vont à l’université de leur choix et dans le programme de leur choix et y réussissent en général très bien. Nos taux de réussite sont très, très élevés. Plus de 70 % des étudiants terminent leur profil en temps requis, tandis que la moyenne de diplomation dans le réseau se situe entre 30 et 35 %. En plus de la recherche de l’excellence, l’adhésion à des valeurs humanistes telles que le développement de l’individu et son épanouissement personnel et intellectuel est un de traits distinctifs de l’institution. Nous offrons aux étudiants beaucoup d’encadrement, d’occasions d’enrichissement et d’engagement. Le personnel est très dévoué et prend très à cœur la réussite de chaque étudiant et de chaque étudiante. Avec une population d’environ 2000 jeunes, Marianopolis constitue une petite communauté à échelle humaine, surtout comparativement à de plus gros établissements. C’est très important pour nous que chaque interaction avec l’étudiant soit positive, qu’il sente l’appui, mais également l’engagement de tous à l’égard de l’excellence. Il règne ici un climat où l’on sent que sont valorisés l’étude, la réussite scolaire et éducative, l’épanouissement de l’étudiant, la réflexion, la pensée critique. »

Entrée du collège


Un collège élitiste ?
Interrogé à savoir si Marianopolis était un collège élitiste, Éric Lozowy admet que ce ne sont pas tous les élèves qui y sont automatiquement admis. « Nous offrons des programmes assez contingentés, notamment Sciences de la nature et Arts, Lettres et Sciences; mais, d’autre part, le collège a des valeurs d’accessibilité et annuellement, quelque 400 000 $ sont octroyés en bourses d’études. Nous voulons que le collège demeure accessible aux jeunes qui n’en ont pas les moyens. Le collège n’a jamais favorisé l’élitisme d’un point de vue économique, ce qui irait à l’encontre des traditions de Marianopolis et de son patrimoine. Les sœurs ont toujours priorisé l’éducation dans une perspective égalitaire et démocratique. »

La clientèle 
Quelque 40 % des étudiants s`identifient comme allophones-francophones. « Ce qui ressemble un peu à ce que j’ai connu à Vanier. La population étudiante est très hétérogène et multiculturelle. »

Les programmes offerts
Marianopolis offre exclusivement des programmes préuniversitaires. Parmi les programmes offerts, nous retrouvons ce qu’on nomme « Honours options ». Il s’agit de programmes enrichis pour des étudiants qui ont des dossiers scolaires plus forts et qui ont besoin de plus de défis. Trois options sont ainsi offertes : sciences humaines, commerce et sciences.

Le programme Arts, Lettres et Sciences permet aux étudiants d’obtenir les prérequis universitaires à la fois en sciences de la nature et en sciences humaines. Ce programme est modelé sur le programme de baccalauréat international et sur les programmes « Liberal Arts undergraduate ». « Ces profils sont offerts dans une perspective de maintenir le plus d’ouvertures possible vers les programmes universitaires », de dire monsieur Lozowy.

Le programme « Arts, Literature and Communication (ALC) » privilégie une approche multidisciplinaire et encourage l’exploration et l’expérimentation créative. La formation met l’accent sur des disciplines comme l’histoire de l’art, le cinéma, la littérature anglaise, les Beaux Arts, la littérature française, les langues modernes, la musique, la philosophie, l’étude des religions et le théâtre.

Le collège offre également un programme de musique avec certaines options de double DEC et bénéficie de liens étroits avec l’Université McGill. Les étudiants font leurs cours d’instrument à McGill.

Le programme « Liberal Arts » correspond aux programmes d’histoire et civilisation des collèges francophones. Il permet aux étudiants de choisir parmi une large gamme de cours en arts, littérature, mathématiques, langues modernes, sciences de la nature, sciences humaines et théâtre.

Le programme de Sciences de la nature accueille 55 % de la clientèle de Marianopolis avec une concentration de cours en mathématique, physique, chimie et biologie.
Marianopolis offre également des certificats, c’est-à-dire des regroupements de cours et d’activités sous certaines thématiques, qui sont reconnus de façon locale. Les étudiants reçoivent une certification qu’ils peuvent ajouter à leur CV, ce qui leur donne une spécialisation supplémentaire. Les thématiques sont variées : Environmental Studies, Gender and Sexuality Studies,  International Studies, Law and Social Justice, Native Studies and Third World Studies.

Un programme d’échange avec le Collège Jean-de-Brébeuf
En quatrième session, les étudiants ont la possibilité d’aller étudier au Collège Brébeuf en français et les étudiants de Brébeuf ont l’option de venir étudier à Marianopolis en anglais. Des liens assez serrés ont également été tissés avec les autres collèges anglophones du Québec. Des rencontres régulières ont lieu permettant le partage d’expertises et des collaborations.

La vie étudiante
Au dire du directeur des études, la vie étudiante au collège Marianopolis est très active. Une chose qui distingue le collège demeure ses cent clubs étudiants que le collège soutient et encourage. Ce sont les étudiants qui en ont la responsabilité. Ces clubs sont perçus comme une forme cruciale d’engagement étudiant. Les clubs portent sur tout sujet ou problématique qui intéresse les jeunes. Un étudiant peut appartenir à plusieurs clubs différents. « Cela les aide à forger leur identité, à créer des liens avec les autres étudiants, à développer leur curiosité. »

Les enseignants
Le collège a connu un renouvellement du corps professoral. La majorité des enseignants a été engagée au cours des dix dernières années. « À l’instar des autres collèges du réseau, nous avons connu de nombreux départs à la retraite, ce qui a nécessité l’embauche de nombreux enseignants. Ils sont regroupés dans nos sept départements. »
Les projets

Le collège entend continuer à développer des activités à l’international. Chaque année, il offre quelques cours intensifs à l’étranger, grâce à des partenariats avec des institutions d’enseignement en Europe et en Amérique du Sud. Plus récemment, il a établi des liens avec les écoles de la Congrégation Notre-Dame au Japon. Le directeur général, Christian Corno, y est d’ailleurs allé cet été afin d’établir des ponts susceptibles de faire naître de nouvelles collaborations.

Le collège entretient de plus une volonté institutionnelle de développer la recherche et l’innovation pédagogique. À titre d’exemple, le projet « Horizons imaginaires » lancé par un professeur de littérature a mis en place une plateforme sur les littératures imaginaires qui donne l’occasion de publications et de concours. Cette année, un nouveau prix littéraire sera créé : le Prix littéraire des Horizons imaginaires, qui met l’accent sur les littératures fantastiques et de science-fiction. Déjà, cinq collèges participeront à la première édition.

En conclusion
Dans son plan stratégique 2015-2020, le Collège Marianopolis met de l’avant trois grandes orientations pour guider ses actions :
• Offrir une expérience éducative transformatrice à travers une approche holistique et centrée sur l’apprentissage qui prépare les étudiants à réussir à l’université et suscite un amour permanent de l’apprentissage.
• Se réaffirmer comme une communauté cohésive et bienveillante, un réseau d’éducateurs ayant des compétences et des points de vue divers, qui sont reliés entre eux par leur poursuite commune de la mission et de la vision au service de la société.
• Miser sur son riche patrimoine en se positionnant comme un petit collège indépendant engagé dans l’excellence et l’accessibilité sous toutes ses formes.


Entrevue et texte réalisés par Alain Lallier, éditeur en chef et édimestre, Portail du réseau collégial



Les partenaires du Portail