Dossiers

La cote R vue de l’intérieur

Par Thérèse Lafleur

    

Hélène Langlois, conseillère d’orientation au Cégep Limoilou

     

Mathieu Pelletier, conseiller d’orientation au Cégep de Lévis

Ce n’est pas d’hier que la cote R suscite des débats. Son calcul complexe, les mythes qui l’entourent et les ambitions universitaires qu’elle régit nourrissent d’ailleurs sa sulfureuse réputation.  Pourtant, sans être parfaite, elle semble la moins pire des options pour guider les collégiens qui aspirent à être admis dans un programme universitaire contingenté.

Le Bureau de coordination interuniversitaire, le BCI, regroupe les spécialistes de la cote R qui ont créé cette méthode de comparaison du rendement des étudiants entre eux, à l’échelle du Québec. À ce sujet, Réjean Drolet, conseiller à l’admission et au dossier étudiant du BCI, indique que toutes les informations pertinentes relatives à la cote de rendement au collégial, la cote R, sont disponibles sur le site du BCI. Il attire particulièrement l’attention sur la Foire aux questions.

En fait, la cote R est à l’ordre du jour de plusieurs instances. La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québeci (FNEEQ-CSN), la Fédération étudiante collégiale du Québecii (FECQ) ainsi que la Fédération des enseignants de cégepiii (FEC-CSQ) remettent en question ce processus d’admission universitaire.Le quotidien La Presseiv s’est aussi penché sur le sujet.

Devant ce tollé et en réaction aux propos publiés, les experts du BCI ont tenu à clarifier certains points dans deux communications publiques. Ils y rappellent que la cote R est la mesure connue la plus équitable.vvivii  Le BCI précise notamment : « Étant donné que la cote R tient compte de la force des groupes, elle donne au départ une chance égale à tous dans tous les collèges. En fait, il est inutile de choisir un collège pour la seule raison qu’on croit y gagner un avantage lors de l’accès à l’université. »

Mais qu’en est-il sur le terrain ? Le Portail a profité du débat entourant la cote R pour échanger avec deux intervenants. Hélène Langlois, conseillère d’orientation au Cégep Limoilou et Mathieu Pelletier, conseiller d’orientation au Cégep de Lévis. Deux conseillers d’orientation qui ont occupé des postes d’aides pédagogiques individuels et aussi participé aux activités d’information scolaire auprès des élèves du secondaire et de leurs parents.

Est-ce que la cote R est vraiment juste et équitable ?

Hélène Langlois (HL) Au fil du temps la cote R a été ajustée pour mieux servir les étudiants. L’arrivée de la cote R par programme a vraiment aidé. C’est un outil évolutif. Dans cet esprit, il sera important que le BCI évalue l’impact de la pandémie sur la cote R.

Mathieu Pelletier (MP) Les étudiants qui ont des échecs surtout en première session sont aussi un bon exemple. L’échec en première session vaut seulement le quart des unités comparativement à la moitié des unités dans les sessions suivantes. À chaque réévaluation de la cote R, des mesures atténuantes sont instaurées et elles avantagent toujours l’étudiant.

La cote R commande-t-elle des stratégies de la part des étudiants pour choisir leur collège, leurs cours ou leurs méthodes d’apprentissage ?

MP Oui, mais pas celles qu’on pense ! D’abord je dirais qu’il y a beaucoup de fausses rumeurs, de stratégies et de décisions qui sont prises par les étudiants sous des croyances erronées ou dépassées. L’exemple classique est que fréquenter un tel cégep permet d’avoir une meilleure cote R.

HL Le préjugé du choix de collège est définitivement celui qui perdure alors que c’est complètement faux. Ce n’est plus l’établissement qui fait foi de la performance, c’est la cote R. Par contre, certains établissements utilisent encore ce préjugé pour promouvoir leurs programmes. Il faut se rappeler des climats instaurés dans certains programmes compétitifs qui attirent des étudiants performants, comme Sciences de la nature, peuvent teinter notre vision. L’étudiant pourrait alors penser qu’il faut qu’il s’inscrive dans ce programme au cégep X, car « ils ont tous une bonne cote R » alors qu’il pourrait tout simplement s’agir d’un regroupement d’étudiants très performants qui auraient eu sensiblement les mêmes cotes R ailleurs dans le réseau.

MP Une stratégie en croissance est celle d’échelonner son cheminement scolaire. De plus en plus d’étudiants, surtout en Sciences de la nature, visent la meilleure cote R possible en étirant leur préuniversitaire sur cinq ou six sessions. Ainsi, ils allègent leur horaire et ont plus de temps pour étudier.

HL Et c’est une excellente stratégie parce que choisir son cégep ou son programme pour avoir une bonne cote R peut s’avérer une très mauvaise stratégie. Si l’étudiant n’aime pas son cégep ou ce qu’il fait, il pourrait être démotivé ce qui aura un impact sur ses résultats, donc au final sur sa cote R.  Si le cégep est loin de la maison, le temps passé à voyager est perdu pour étudier. J’ajouterais que le fait de suivre les bonnes pondérations de cours est un plan de match judicieux. Si la pondération est de 3-1-2 soit trois heures de théorie, une heure de travaux pratiques et deux heures d’études, c’est à considérer pour avoir de bons résultats.

MP Stratégiquement, ce qui aide vraiment l’étudiant c’est de lui donner des outils pour qu’il puisse bien gérer sa vie d’étudiant en considérant ses études, son travail, le parascolaire et sa vie sociale, etc. Certains doivent travailler pour subvenir à leurs besoins contrairement à d’autres, plus privilégiés. Les cégeps ont un rôle à jouer pour aider les étudiants à prendre les bonnes décisions en vue d’atteindre des objectifs scolaires réalistes et réalisables.

Quel est l’impact de la cote R sur la vie pédagogique et le vécu des étudiants ?

MP Il y a beaucoup d’anxiété, de compétition et de pression parentale autour de la cote R. Des étudiants qui n’ont pas besoin de la cote R vont quand même devenir stressés comme si, pour atteindre les objectifs,ils devaient avoir des standards au-dessus de la normale.Mais en quoi est-ce un problème si cela n’est pas une exigence à rencontrer pour poursuivre des études universitaires ou professionnelles ou encore pour cheminer dans un programme technique ?

HL Les programmes très contingentés en santé et en droit font beaucoup parler d’eux, mais plusieurs programmes peu ou pas contingentés et qui ont tout autant d’avenir, passent sous le radar. La cote R n’est pas pour tout le monde.

MP Mais les étudiants qui visent un programme contingenté demeurent très exigeants envers eux-mêmes. Ils sont compétitifs et se mènent la vie dure à la manière des athlètes qui envisagent les Olympiques.

HL J’ajouterais que cela devient risqué quant à l’anxiété de performance, surtout en deuxième année alors qu’ils approchent la ligne d’arrivée. Et c’est justement en lien avec la cote R que les aides pédagogiques individuels et les conseillers d’orientation ont un rôle important pour accompagner ces étudiants. Notamment pour planifier un plan B.

MP Il y a aussi une autre réalité avec laquelle doivent composer les conseillers d’orientation. Le cours Éducation au choix de carrière n’est plus donné au secondaire et les conseillers d’orientation du secondaire sont souvent surchargés.  Aujourd’hui, les étudiants qui entrent au collégial peuvent manquer d’information sur les diplômes et les processus d’admission universitaire, dont la cote R. Cela génère beaucoup d’anxiété. Mais dans des cégeps qui comptent des milliers d’étudiants, réalistement les conseillers d’orientation ne peuvent pas intervenir auprès de chaque étudiant pour défaire les fausses perceptions qui persistent sur la cote R. Des mythes trop souvent véhiculés par les étudiants entre eux, par les parents et parfois les enseignants.

Comment comprendre la cote R et l’expliquer aux étudiants ?

MP Pour faire image et éviter de se perdre dans les explications avec un étudiant, je prends l’exemple du thermomètre. Le matin quand tu te lèves et que tu regardes le thermomètre pour voir la température extérieure, essaies-tu de comprendre si le thermomètre mesure vraiment bien et si la mesure est fiable ? Non, tu regardes le thermomètre en supposant que les personnes qui l’ont conçu devaient savoir ce qu’elles faisaient. Alors si cela indique -20o C, alors tu mets un manteau plus chaud. C’est le même principe pour la cote R, c’est comme un thermomètre. La cote R prend une mesure et la compare avec tous les étudiants québécois. La seule chose que l’étudiant contrôle pour la cote R, c’est l’énergie et les efforts qu’il met dans ses études.

HL La cote R est scrutée à la loupe alors que c’est un outil parmi d’autres utilisés pour l’admission dans de nombreux programmes contingentés. En orientation, nous estimons que de combiner une cote R « seuil » aux tests d’admission semble idéal pour avoir un portrait global et non seulement académique, mais aussi personnel de la candidate ou du candidat.

MP Il faut aussi rappeler un principe de base : il y a un nombre limité de places dans les programmes contingentés.

Comment aborder la cote R réalistement ?

MP  Le problème récurrent quand la cote R est abordée c’est qu’elle est vue sous l’angle de la compétition et du classement. La cote R est présentée comme si les étudiants qui ont les meilleures cotes R sont admis dans telle ou telle université alors qu’en réalité ce n’est qu’une question d’offre ou de demande. Plus le programme est recherché, plus les exigences d’entrée seront élevées pour trier les candidatures correspondant au nombre de places disponibles.

HP Il y a aussi trois mythes à défaire prioritairement : 1. Le cégep que tu choisis va avoir une bonne cote R ; 2. Le programme que tu choisis aura un impact sur ta cote R ; 3. La cote R fera foi de ton avenir. Ce n’est pas du tout comme cela que la cote R doit être abordée. L’étudiant doit se demander si en choisissant ce programme et ce cégep : « Est-ce que je pourrai réunir les conditions gagnantes pour être au top dans mon métier d’étudiant ? Et si je choisis une autre voie, au DEP ou dans une technique et que cela me convient davantage, alors pourquoi pas ! »

Une cote à démystifier

Pour conclure, madame Langlois et monsieur Pelletier insistent sur le fait que la cote R n’est pas nécessaire dans bon nombre de cas. Si l’étudiant ne va pas à l’université, alors il n’a pas besoin de cote R. La cote R sert uniquement aux admissions dans un programme contingenté.

Par exemple, à l’Université Laval, il existe 114 programmes de baccalauréats et doctorats de premier cycle et uniquement 19 sont contingentés, soit 16,7 %. L’Université de Montréal regroupant davantage de programmes en santé et recevant plus de demandes d’admission a un pourcentage plus élevé. Sur 94 programmes de baccalauréats et doctorats de premier cycle, 42 ont une capacité limitée, soit 45 %.

Ils rappellent aussi que dans leurs bureaux, les conseillers d’orientation ont à déconstruire beaucoup de préjugés sur la cote R ! Selon eux, l’anxiété de performance, la pression parentale et les climats de compétition malsains sont plus préoccupants que le calcul de la cote R comme tel. C’est plutôt l’impact de la cote R sur la santé mentale des jeunes qui devrait être à considérer.


ihttps://fneeq.qc.ca     /wp-content/uploads/2019-12-04-05-RECOMMANDATIONS-ADOPTEES.pdf?highlight=cote%20r Consulté le 18 février 2022.
iihttps://www.lapresse.ca/actualites/education/2022-02-15/la-fecq-reclame-une-enquete-sur-la-cote-r.php Consulté le 18 février 2022.
iiihttps://www.facebook.com/feccsq/posts/10160753935176294 Consulté le 18 février 2022.
ivhttps://www.lapresse.ca/actualites/education/2020-10-21/covid-19/la-cote-r-est-tres-biaisee.php Consulté le 18 février 2022.
vhttps://plus.lapresse.ca/screens/22e4b262-22f0-4bf3-ad05-b7c560a8e574__7c___0.html?utm_content=email&utm_source=lpp&utm_medium=referral&utm_campaign=internal+share Consulté le 19 février 2022
vihttps://plus.lapresse.ca/screens/d56af899-122d-498f-bf44-024f89ac238f__7c___0.html?utm_content=email&utm_source=lpp&utm_medium=referral&utm_campaign=internal+share Consulté le 19 février 2022 – avant-dernière nouvelle du jour.
viihttps://www.bci-qc.ca/wp-content/uploads/2021/01/cote-r-article-la-presse-21-octobre-2020-remarques.pdf Consulté le 18 février 2022.