Dossiers

Hommage à Léane Arsenault, artisane et figure marquante de la pédagogie collégiale

LAURÉATE 2022 DU PRIX GÉRALD-SIGOUIN

    Un parcours remarquable sous le signe de la collégialité

Il y a 44 ans, Léane Arsenault débarquait dans le monde collégial et depuis, elle ne l’a jamais vraiment quitté. Tout d’abord enseignante au département de français pendant plus de vingt ans au sein des cégeps de Sherbrooke, André-Laurendeau, Rimouski et à l’Institut maritime du Québec, c’est en 1994 qu’elle y devient directrice adjointe des études, la première femme à accéder à ce poste dans un monde maritime et masculin.

En 2006, madame Arsenault est nommée directrice du secteur Performa de l’Université de Sherbrooke, dont la mission est le développement professionnel du personnel pédagogique du collégial, de même que le développement institutionnel.

 "Léane est partie pour Performa dont elle a assumé la direction et rien ne pouvait mieux lui convenir, elle qui aime d’amour la pédagogie, les élèves, les profs, mais surtout et avant tout, elle qui ne peut cesser d’apprendre, elle qui éprouve une faim inextinguible de connaissances afin de toujours mieux comprendre la façon dont on apprend, dont on organise, dont on transforme finalement le monde dans lequel on vit. »

Patricia Posadas, enseignante retraitée du Cégep de Rimouski

Une femme de lettres, de cœur et de valeurs

Passionnée par l’écriture et sensible à la place qu’occupe chaque mot, permettant de faire passer un message ou de faire naitre une idée, madame Arsenault s’enrichit par la même occasion au travers de ses recherches et des coauteurs qu’elle côtoie.

Peu importe le poste qu’elle occupe, Léane Arsenault communique avec passion l’art de la rhétorique, jubile devant l’utilisation correcte des mots, anime des débats qu’elle veut intenses, fait revêtir les habits de comédien aux plus récalcitrants. Son imagination n’a pas de limites lorsqu’il s’agit de trouver la brèche où s’infiltre le plaisir d’apprendre…

Sa collègue de l’Institut maritime du Québec, Patricia Posadas, nous partage d’ailleurs quelques anecdotes : « Il y a de cela maintenant 28 ans, j’ai mis les pieds, pour la première fois, dans une institution collégiale. C’était l’Institut maritime du Québec, une école nationale qui forme des marins, navigateurs et mécaniciens, entre autres. Je fus accueillie dans ce monde d’hommes par une femme. Elle enseignait le français, sa force disait-elle, était la linguistique,mais elle brassait aussi la cage et, avec ses groupes de théâtre, elle montait des projets théâtraux, de la représentation à la création, qui faisaient courir toute la communauté IMQusienne.

Lire la suite

Source: Performa