Privé / Public

Titre de l'article
Section


  • Corps de l'article
    Images
    Afficher les images et les légendes et crédits (insérez les images puis enregistrez l'article avant)

    Source

    Fichiers

    Choisissez les fichiers à joindre à cet article. Ils sont affichés automatiquement à la fin de l'article
    Documents connexes
  • Auteur/e/s
    Mots-clés
    Étiquettes


  • Présentation
  • Pour ajouter une vidéo à cet article, copier simplement l'adresse de partage de la vidéo. Sur Youtube, l'adresse ressemblera à ceci: https://youtu.be/ID=6QZz7OnTI, sur Vimeo: https://vimeo.com/1234567. Le code d'intégration sera automatiquement complété. Vous pouvez également inscrire directement le code d'intégration avec des paramètres personnalisés.
  • Sommaire
    Générer un sommaire à partir du contenu

    Balise à utiliser pour générer le sommaire (h1,h2,h3,h4 ou h5)

  • Balises standard
    Titre
    Mots-clés (catégories)
    Description
    Langue
    Sujet
    Auteur-e-s
    Logiciel
    Revisiter après (jours)
    Expiration (en jours)
    Pragma
    Données mises en cache
    Balises Open Graph (Facebook)
    Titre
    Type
    URL
    Image
    Locale
    Nom du site
    Description
    ID Page Facebook
    Courriel
    Balises Twitter
    Type de carte (valeurs possibles: App,Player,Summary, Summary With Large Image)
    Titre du tweet
    @Nom d'utilisateur
    Description / contenu du tweet
  • Éditer le contenu en mode HTML (sans éditeur visuel). Enregistrer la page pour activer les changements.
    Rôles particuliers de cet article (optionnel)
    Article principal de série   Article principal de sentier  
    Date de publication

    Type de contenu (requis)
    Version de l'article - nombre de modifications
    Pour classement alphabétique (ex. "Miron, Gaston ; Misérables (les)...)
    Titre avec marquage HTML (ex. "Titre avec une expression en <em>italique</em>")
    Le groupe auquel cet article appartient
    Type de contenu (requis)
    Utiliser ce modèle de page plutôt que le modèle défini dans la page d'affichage




;
 

Nouvelles

Du primaire au cégep, un programme probant de mentorat scolaire

Article publié par Le Devoir, Marco Fortier

 

Devenue professeure de mathématiques au cégep Marie-Victorin, dans le nord de Montréal, Alisha Wissanji a compris que le meilleur endroit pour accueillir les jeunes est un cégep.
Photo: Marie-France Coallier

12 mai 2022- Alisha Wissanji est une sorte d'ange gardien qui a transformé la vie de centaines d'élèves depuis des années. Cette professeure de cégep a commencé à l'âge de 8 ans à faire de l'aide aux devoirs auprès de 250 réfugiés afghans dans sa ville natale de Granby ; 30 ans plus tard, elle aidera cet automne 1000 enfants du primaire et presque autant de collégiens.

Cette championne d'aviron, qui a un doctorat en physique et un postdoctorat en mathématiques, a créé une fondation qui se consacre à garder les jeunes sur les bancs de l'école. Tous les samedis matin, des centaines d'enfants se dirigent en autobus jaune vers le cégep le plus près de chez eux, où des cégépiens les aident à faire des maths, du français, des sciences et de l'informatique. Ils sont accueillis avec un petit-déjeuner. Ils s'amusent. Tout cela se fait dans la bonne humeur. Et c'est gratuit.

« Aussi loin que je me souvienne, l'aide aux enfants vulnérables a toujours fait partie de ma vie », raconte Alisha Wissanji entre deux événements dans son agenda aussi chargé que celui d'une ministre.

« Je suis convaincue qu'on peut prévenir et réduire la pauvreté par l'éducation », ajoute-t-elle.

Au début des années 1990, sa famille à Granby a accueilli des réfugiés afghans qui avaient fui le régime des talibans. À 8 ans, la petite Alisha, qui apprenait rapidement, a commencé à aider les enfants afghans. « Je trouvais injuste qu'un enfant de mon âge n'ait pas les mêmes chances que moi juste parce qu'il était né ailleurs », dit-elle.

    Les enfants vulnérables ne se projettent pas nécessairement dans les études. On les prend par la main, accompagnés par des cégépiens qui leur ressemblent, qui viennent de leur quartier, et qui persévèrent à l'école.

    — Alisha Wissanji

 

Elle a même appris la langue de ses amis afghans. Et elle les a aidés à apprendre le français avec l'accent québécois. De fil en aiguille, la mission d'Alisha a pris de l'ampleur : 250 réfugiés afghans sont arrivés à Granby. Puis des Pakistanais. Elle a aidé à ouvrir un centre d'aide aux devoirs pour tout ce monde. De fil en aiguille, des rencontres d'aide pour les élèves ont eu lieu dans des sous-sols d'église, des écoles, des cégeps.

Prendre un enfant par la main

Devenue professeure de mathématiques au cégep Marie-Victorin, dans le nord de Montréal, Alisha Wissanji a compris que le meilleur endroit pour accueillir les jeunes est un cégep. 

« C'est impressionnant, pour un enfant du primaire, de se faire transporter dans un cégep le samedi matin. Waouh ! Les enfants vulnérables ne se projettent pas nécessairement dans les études. On les prend par la main, accompagnés par des cégépiens qui leur ressemblent, qui viennent de leur quartier, et qui persévèrent à l'école. Les mentors du cégep deviennent des modèles, des grands frères et des grandes soeurs », raconte Alisha Wissanji.

Le plus beau dans cette affaire, c'est que tout le monde sort gagnant de l'aventure : les résultats scolaires des petits du primaire s'améliorent de façon importante. Et les mentors sont plus motivés, ont une meilleure estime d'eux-mêmes et se considèrent comme plus autonomes que la moyenne des autres étudiants du cégep.

Ce n'est pas Alisha Wissanji elle-même qui l'affirme, mais Isabelle Archambault, professeure à l'École de psychoéducation de l'Université de Montréal. Cette spécialiste de l'adaptation scolaire des jeunes vulnérables accompagne le projet, appelé L'École des grands, qui cherche à s'inspirer des données issues de la science. Et à en mesurer l'effet sur les participants.

« C'est un projet vraiment novateur, qui mérite d'être déployé à plus grande échelle », dit Isabelle Archambault. Le mentorat est beaucoup plus qu'une simple façon d'aider les jeunes à faire leurs devoirs. Une relation de confiance se crée entre les mentors et les élèves. Ce type de mesure est d'une « très grande efficacité pour prévenir le décrochage scolaire », explique la professeure Archambault.

Le fait d'emmener les enfants dans un autre lieu que l'école, hors des heures habituelles de présence en classe, et sur une base volontaire, ajoute à l'intérêt du programme, selon elle.

« Les jeunes ont envie d'être là », dit la professeure.

Lire la suite