Nouvelles

Cégep de Trois-Rivières - Le plaisir d'apprendre à l'École des grands

Article publié par Le Nouvelliste - Jacinthe Lafrance

4 déc.2021 - Le petit Thomas, en 3e année du primaire, a beaucoup aimé avoir l'occasion de faire des quêtes, de l'exploration et de la science. Quant à Aymerick, en 2e année, c'est plutôt la création de son propre conte où les voleurs se font arrêter, en laboratoire d'informatique, qui a illuminé sa session à l'École des grands. Aucun des deux ne se doute qu'ils étaient là chaque samedi matin pour améliorer leurs propres chances de réussite scolaire tout comme celle des jeunes mentors qui les accompagnaient à l'École des grands.

Cette activité parascolaire offerte en début de session à tous les étudiants du Cégep de Trois-Rivières court deux lièvres à la fois. Et pourtant, elle les attrape tous les deux! Il s'agit, selon la fondatrice du programme, de soutenir la réussite éducative des collégiens et la réussite des élèves du primaire qui seraient vulnérables, donc à risque de décrochage scolaire au secondaire. L'École des grands, c'est le résultat d'une injustice observée par Alisha Wissanji, à l'âge de huit ans dans son école de Granby: que des enfants réfugiés de son âge avaient moins de chance qu'elle, née ici, de réussir à l'école. Déterminée à combattre cette injustice, elle a offert l'aide aux devoirs à ces enfants, dans son patelin, pendant dix ans.

Aujourd'hui professeure et chercheuse en éducation, Mme Wissanji a réussi à étendre son programme de mentorat proposant l'aide aux devoirs et leçons ainsi que l'initiation aux sciences à huit cégeps et six Centres de services scolaires sur le territoire québécois. Le programme qu'ont vécu Thomas, Aymerick et une soixantaine de leurs pairs au Cégep de Trois-Rivières est l'un des derniers-nés au Québec.

Vouloir s'engager

À Trois-Rivières, c'est plus d'une vingtaine d'étudiants qui ont choisi de consacrer, bénévolement, tous leurs samedis matins à ces 60 jeunes du primaire durant la session d'automne 2021. Selon le chargé de projet Jean-François Dragon, on les a recrutés dans tous les genres de programmes, que ce soit tremplin DEC, sciences ou arts, préuniversitaires ou techniques. Aucun préalable, sauf celui de vouloir s'engager. «Peu importe que tu aies un peu moins de difficultés ou plus de difficultés scolaires, pour nous, tu es capable d'accompagner les enfants qui participent. Même à la limite, si tu as eu des difficultés scolaires toi-même, ça se peut que tu aies développé des outils comme apprenant, donc tu as potentiellement développé des outils pour les aider un peu mieux», raconte M. Dragon.

Les jeunes élèves participants ont été sélectionnés selon certains critères, de la 1re à la 6e année, dans trois écoles identifiées par le CSS du Chemin-du-Roy, soit les écoles aux Deux-Étangs, Dollard et Saint-Paul. Concrètement, le CSS offre le transport scolaire, chaque samedi, de l'école de quartier au cégep, ainsi qu'au retour. La matinée est répartie en trois périodes, dont deux consacrées à l'aide aux devoirs et leçons ainsi qu'une autre, en alternance, d'initiation aux sciences et à l'informatique. Le cégep contribue par la mise en service de ses locaux, la participation de ses employés au programme et la reconnaissance, pour les collégiens, d'une mention d'engagement inscrite à leur bulletin.

Lire la suite



Les partenaires du Portail